dimanche 28 novembre 2010

À minuit, les lectrices et les lecteurs s'expriment

Bonjour à toutes et tous,

De nouveaux retours de lectrices et de lecteurs s’ajoutent à la découverte d’À minuit, les chiens cessent d’aboyer. Un retour « privé » d’une libraire qui en parle aussi sur son blog La chariotte à bouquins, un commentaire posté sur notre blog, il y a quelques jours, puis une critique sur le blog Passion Polar.

Merci de nous avoir fait partager votre avis !

Riffle Noir.


Nathalie
Libraire et lectrice, le 17 novembre 2010


Passeuse d’envies, elle en livre plus sur son blog La chariote à bouquins. Pour découvrir son billet au sujet d’À minuit, les chiens cessent d’aboyer, cliquez ICI


Sombre, sombre, sombre personnage que Virgil. J'ai beaucoup aimé l'écriture et l'humour! La fin me fait penser, en tant que native de Houdain, à la pancarte sur la route du patois: « El langue ed ches gins, el queue d’ches tchiens, in n’peut pon l’z’impêcher d’berloquer »




Chronique d’Eskalion
sur passion-polar.over-blog.com le 21 novembre

(…) Mickaël Moslonka, nous campe avec le flic David BLACKE, un ours mal léché, misogyne, qui ne respecte pas les codes, qui fait fi de l’autorité et des convenances. Car c’est un homme blasé qui ne supporte ni l’imbécilité, ni la médiocrité des gens qui l’entourent et de cette société qu’il voit remplie de moutons écervelés. Il ne rentrera jamais dans la petite case dans laquelle on souhaiterait le faire rentrer. Seul son plafond, quand il est allongé sur son lit, lui sert de réceptacle à ses questionnements et ses pensées. Celui-ci a l’avantage de ne pas lui répondre.
Et pour couronner le tout, il y a ses chiens qui ne cessent d’aboyer et qui quotidiennement le tourmentent.
A priori, ce David BLACKE est donc un personnage auquel on a du mal à s’attacher, à trouver sympathique, tant il peut être bourru et cynique (a priori, car sa collègue saura deviner malgré tout, que chez ce flic, bat encore un coeur qui ne s'est pas totalement transformé en pierre). Pour autant c’est sans doute ce qui en fait sa force et sa singularité, car lorsqu’il projette son fiel à la figure d’un supérieur ou qu’il dénonce les travers de ses contemporains, le passage peut s’avérer particulièrement croustillant pour le lecteur.
Dommage cependant (et c’est là que réside ma principale réserve concernant ce roman) que ces traits de caractère du personnage soient un peu trop forcés à mon goût. Tout est quasiment prétexte à Blacke pour délivrer une phrase acerbe ou une opinion, une pensée au vitriol. Et la fréquence trop rapprochée de ce genre de réflexions incisives en diminue, je pense, leur effet percutant. Dommage donc, car l’auteur n’a pas son pareil pour décocher des coups de plumes tranchants au détour de ses phrases. (…)

L’intégralité du billet est à lire sur le blog Passion Polar en cliquant ICI


Commentaire posté sur notre blog




par Chrisd le 19 novembre 2010

La lecture du roman vient de s'achever. En trois mots : quelle formidable histoire !
En dehors de l'enquête à proprement dit - réussie - j'ai particulièrement apprécié la relation Blacke/Laribi, dégageant une forme de sympathie, un amour même entre les deux, non avoué. Un sentiment qui émerge malgré tout, au fil des pages, un peu comme en filigrane. Bien subtil en tout cas, puisqu'ils se provoquent tout au long du livre.
Les descriptions sur la région, les corons, les types qui volent, les "p'tits cons" qui trainent le soir... c'est bien de chez nous tout ça, quoique, ailleurs ça doit être sensiblement la même chose, corons et "flûte-saucisses" en moins. :) Une belle galerie de personnages, en tout cas !!
Bref, des types ou des nanas pour lesquels j'éprouverai presque de la tristesse, ou plutôt de l'amertume... enfin, un truc du genre. C'est curieux. Difficile à expliquer, mais ça se ressent vraiment.
Par contre, L'imbécile heureux, Desforges, et 2 ou 3 autres du genre, même en tant que lecteur, t'as bien envie de les trucider. Preuve que ceux-ci sont également bien caractérisés.
Enfin, la liste des bonnes choses est trop longue pour tout commenter ici. :)

Pour conclure : Merci pour ce super bouquin ! À relire, sans aucun doute !!



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire